Face à la flambée de l’inflation, les Français gèrent leurs finances avec retenue et prudence. Leur taux d’épargne devrait rester élevé en 2022.

Malgré la perte de pouvoir d’achat dû à l’inflation, les ménages ne puissent pas dans leur épargne mis de côté durant la crise pour consommer, mais continuent au contraire d’alimenter leurs épargnes en limitant leurs dépenses.

Depuis le déclenchement de la pandémie, les Français disposent d'un excédent d'épargne de 175 milliards d'euros à fin 2021, selon les données de la Banque de France, incitant les Français à épargner de plus en plus. Par mesure de précaution, mais aussi de retenue, face à l'incertitude sur l'évolution de la situation, les ménages aisés se retrouvent avec une épargne "forcée" sous la main alors que l’activité économique fut des semaines à l’arrêt. Il s’agit de l’argent que les résidents français ont pu déposer à la banque, en assurance-vie ou autres produits de placement à défaut de le dépenser pour des sorties, durant la crise de la Covid.

Concrètement, les ménages ont déposé 134 milliards d'euros (nets de crédits) en 2021, contre 184 milliards d'euros en 2020. L’argent a principalement été orienté vers des dépôts bancaires, puis vers les assurances-vie. 

Selon l’institution, les flux nets d’assurance-vie sont soutenus après les faibles flux de 2020 et retrouvent presque leur niveau de 2019. Ils sont tirés par les forts achats nets sur les contrats en unités de compte.  Autrement dit, les Français ont placé plus que d’habitude sur les marchés d’actions, immobiliers, etc. (les unités de compte) via leur contrat vie.

 

Source : https://www.banque-france.fr

Cabinet Axa Pierre Tisseau 
www.axa-toulouse.com

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de notre site. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.