LEBONCOIN, VINTED, AIRBNB... Comment déclarer ses revenus ?

LEBONCOIN, VINTED, AIRBNB... Comment déclarer ses revenus ?

Publié le 25-05-2022

Juridique et Fiscalité #leboncoin #vinted #airbnb #blablacar #revenus #declarationderevenus #Fiscalité #economiecollaborative #impot

Airbnb, Blablacar, Vinted, Leboncoin… les tendances de fond des dernières années. Au-delà de 3 000 € et de 20 transactions par an, les recettes tirées des plateformes de l'économie collaborative doivent être déclarées.

Selon un rapport du Sénat de 2017, le secteur dont l’éclosion est souvent datée à 2008 générera plus de 570 milliards d’euros de transactions en 2025, contre 26 milliards dix ans plus tôt. Ces dernières années, la réglementation fiscale liée à l'économie collaborative s'en est trouvée renforcée, permettant notamment de distinguer ceux qui l'utilisent occasionnellement de ceux qui y exercent une activité professionnelle. Depuis 2019, les plateformes et places de marché en ligne sont tenues de fournir aux services de Bercy des récapitulatifs annuels des montants perçus par les utilisateurs qui transigent par leur intermédiaire.

L'administration fiscale pré-remplit votre déclaration de revenus sur la base de ces informations. A noter que la plateforme prévoit une dispense de déclaration pour les revenus issus de la vente de biens d'occasion entre particuliers et des services « sans objectif de profit et partageant le coût avec le bénéficiaire », comme le covoiturage. Toutefois, cette dérogation ne s'applique que si certains seuils d'activité ne sont pas dépassés. Le contribuable doit générer moins de 3000 euros par an de revenus sur la plateforme de collaboration ou il doit effectuer moins de 20 transactions dans un an.

Si la déclaration des revenus perçus via les plateformes type LeBonCoin ou Airbnb est obligatoire au-delà de ces seuils, cela ne signifie pas pour autant qu’ils seront nécessairement imposés. Les règles en la matière dépendent du type de transaction réalisée.

 

Pour les ventes de biens, les autorités fiscales distinguent les utilisateurs qui vendent des biens qu'ils ne souhaitent pas conserver des utilisateurs qui achètent ou fabriquent des biens destinés à la revente. Dans le premier cas, les revenus de ces ventes ne sont pas imposables, sauf s'il s'agit de métaux précieux ou d'un prix de vente supérieur à 5 000 euros (hors meubles, appareils électroménagers ou automobiles). Dans le second cas, les ventes sont imposables et relèvent du régime « micro BIC » (revenus annuels inférieurs à 176 200 euros) ou du régime « réel » (ventes supérieures à 176 200 euros).

S’agissant du covoiturage, les revenus ne sont pas imposables si l’activité consiste uniquement à partager les frais. Enfin, les recettes issues de la location d’un logement meublé ou de la vente d’un service (bricolage, jardinage, etc.) sont imposables et sont soumis aux régimes micro-BIC (ou micro-BNC pour les services consistant en l’exercice d’un art) en deçà de 72.600 euros et du régime "réel" au-delà de ce seuil.

 

Source : https://www/impots.gouv.fr/www2/ministre/declaration/pf-collaborative.html?12

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de notre site. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.