La Finance face au risque climatique

La Finance face au risque climatique

Publié le 16-09-2020

Juridique et Fiscalité #climat #finance #risqueclimatique

La multiplication des catastrophes naturelles provoque des destructions qui coûtent cher aux collectivités et aux entreprises. Les investisseurs se mettent à intégrer ce facteur de risque dans leur stratégie de placement.

Les investisseurs les plus avisés tentent désormais d'évaluer l'impact potentiel des phénomènes naturels sur les comptes des sociétés qu'ils convoitent ou qu'ils ont en portefeuille. Les mauvaises nouvelles se sont accumulées ces dernières années : ouragans sur le golfe du Mexique, incendies au Brésil, feux de forêt en Californie… « Une étude du cabinet McKinsey indique qu'aucun des 105 pays représentant 90 % du PIB mondial n'échappera au risque climatique, sous une forme ou sous une autre »

Les catastrophes naturelles affectent de manière très inégale les régions, mais aussi les secteurs économiques. Pour prendre la mesure de ces menaces, les investisseurs peuvent tout simplement limiter leur exposition aux secteurs les plus à risque et privilégier des activités moins sensibles aux facteurs climatiques, telles que la santé, la finance ou les services.
Face à un risque aussi difficile à modéliser, le maître mot est plus que jamais la diversification.

La place de la finance verte à de plus en plus d’intérêt avec le développement de support tel que l’IRS ( Investissement Socialement Responsable) ou les produits avec critères tels que l’ESG ( Environnement Sociaux et de Gouvernance)

Source : lefigaro

Pour plus d’infos :
Cabinet Pierre Tisseau
Tél :05 82 95 50 50
www.axa-toulouse.com

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de notre site. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.